Je n'ai vraiment pas l'âme d'un "militant", ce mot qui côtoie de trop près à mon goût celui de "militaire"...

N'empêche !
Il y a des moments et des occasions qui méritent qu'on se bouge, tout simplement parce qu'on ne peut plus faire autrement. C'est le cas pour cette déjà tristement fameuse circulaire Sarkozy permettant l'expulsion du territoire Français d'enfants nés de parents sans papiers.
Quelquesoit l'opinion que chacun peut avoir sur l'immigration, cette circulaire n'est pas un moyen admissible d'en traiter ni les tenants et les aboutissants, ni les conséquences.
Sa mise en application dès demain est par elle même sujette à cautions, impossibilités et dérives de toutes sortes.

Pire, les principes et les idées que sous-tend cette circulaire contredisent les valeurs de liberté, d'égalité et de fraternité qui sont les notres. Elle constitue un précédent innaceptable et honteux pour la démocratie de notre pays. Elle contredit la déclaration des droits de l'enfant de 1959 dont la France est signataire.

D'un point de vue simplement humain, elle est inacceptable.

La seule chose à dire c'est :

non1

De nombreux médias, des personnalités et des inconnus, des bloggeurs, des pères et mères, des célibataires, des jeunes et vieux, des gens de tous horizons... s'opposent à cette circulaire et déclarent qu'ils n'en respecteront pas les termes.

Je les cite par l'intermédaire du RESF (Réseau Education Sans Frontières) :
"Le 30 juin 2006, le sursis accordé aux élèves sans papiers et à leurs parents tombera. Des milliers d’enfants, de jeunes et leurs familles risquent l’expulsion en masse, verront leur avenir et leur vie même anéantis. Nous ne laisserons pas commettre ces infamies en notre nom. Chacun avec les moyens qui sont les nôtres, nous leur apporterons notre soutien, notre parrainage, notre protection. S’ils nous demandent asile, nous ne leur fermerons pas notre porte, nous les hébergerons et les nourrirons ; nous ne les dénoncerons pas à la police."

Je me joins à eux.

Libre à vous d'en faire autant.