Hier j'ai regardé ce très beau film, "La Vie Des Autres", un film de... attendez... ah, voilà... de : Florian Henckel von Donnersmarck. Un film Allemand donc...
Bon, à priori, tout le monde ne tombe pas en pamoison devant le terme "cinéma Allemand" hein !? Peut-être pas beaucoup plus au nom de Florian truc von chose (alors qu'il le mériterait !). Peut être un peu plus au nom de Ulrich Mühe, l'acteur principal de ce film, et encore.
Je ne l'avais pas vu au cinéma au moment de sa sortie (et j'aurai dû). Mais bon, bref, la vie des autres donc. Pour ceux qui ne l'auraient pas vu non plus, cela raconte, en Allemagne de l'Est, avant la chute du mur, comment un zélé membre de la Stasi finit par trahir son sinistre boulot d'espionnage.

Après ce film j'ai eu comme une drôle d'impression.
Je me suis demandé si finalement ces braves despotes de la Stasi n'avaient pas réussi -sans le savoir- leur coup dans notre beau monde d'aujourd'hui. Car pourquoi se donner la peine de planquer des micros en 2008, d'espionner ou de suivre les gens, alors que tant de moyens permettent d'en apprendre beaucoup sur nous sans même savoir à quoi ressemble notre tronche.

Il y a bien sûr tout ce que nous diffusons de nous même, volontairement ou pas, à travers les réseaux sociaux type Facebook, nos mails, nos blogs. Il y a tout ce que nous livrons de nos habitudes à travers nos achats en ligne, par carte bleue, et les innombrables fichages de consommateurs qui en découlent. Il y a nos déplacements, à travers l'espionnage de nos portables désormais à la portée du 1er jaloux(se) venu(e) qui voudrait tout savoir de nos déplacements.
Et bien sûr, tous les tripatouillages plus ou moins légaux : les fichiers Edvige, les écoutes de la NSA, le fichage biométrique, le risque de perte de confidentialité des dossiers médicaux et j'en passe.

Pas la peine non plus de devenir méga-paranoïaque pour autant. Ce n'est pas la Stasi qui gouverne nos vies. Enfin pas les nôtres, pas ici, en ce moment. Mais ailleurs, ou dans le futur ? C'est que c'est un immense marché ce truc là !
A toute petite échelle, il y a quelques mois j'ai assisté à une conférence qui expliquait comment gérer les bases de données. L'exemple pris était celui d'une (très) grosse boite qui vend de la musique, et comment elle utilise toutes les infos que les fans laissent sur le site spécialement ouvert pour leur groupe préféré de Death Metal, Reggae, Musique Classique, R'n'B. Croyez-moi, c'est -si j'ose dire- assez fabuleux.

Bien sûr, là, on ne parle que de "marketing", d'offrir au consommateur ce qu'il attend, et blablabla... C'est en quelque sorte, "pour notre bien", ou plutôt pour le bien de l'entreprise qui saura bien mieux comment configurer et fourguer sa camelote. Mais, pour en revenir à la Vie Des Autres, Gerd Wiesler (l'espion de la Stasi) est au départ tout aussi persuadé de bien agir, parce qu'il agit pour le bien du parti et du socialisme, et donc pour le peuple... pour nous.

On s'agite beaucoup et avec raison sur le respect de notre privée. Mais dans notre monde d'aujourd'hui, finalement la notion de vie privée a t'elle encore du sens ? Il semble qu'on soit passé du stade ou l'on cherchait avant à connaître notre vie privée (parce qu'elle était protégée, au moins parce que les moyens techniques de la détecter n'existaient pas), à aujourd'hui ou l'on se demande bien plus comment la protéger car de toute façon tellement d'éléments peuvent en être connus que la protection ne consiste déjà plus qu'à empêcher qu'on puisse en recouper trop d'éléments.

J'imagine que si tout va bien, si aucune Stasi d'aucune sorte ne prend trop d'importance, si nos droits juridiques et politiques demeurent ce qu'ils sont il ne faudra quand même pas beaucoup de générations avant que la notion de vie privée ne se transforme complètement.
Après tout ce ne serait pas la première fois dans l'histoire de l'homme, puisque la notion de liberté individuelle est finalement assez récente.

Je n'ai pas de réponse évidemment. Qui sait de quoi demain sera fait ? Mais en tout cas, derrière tous ceux qui soutiennent ou dénigrent les fichiers Edvige, j'ai toujours tendance à me demander, à propos de tous ces gens "qui ne veulent que mon bien", de quel bien tiennent ils tant à me faire profiter au juste ?

Boudiou, j'ai été bien sérieux ce soir !

LVN011008

La vie des autres au marché de nuit de Chiang Mai / Thailande.

Pour faire plaisir à ma maman (et sans doute plein d'autres), le lien de ce soir n'a rien à voir avec le sujet du post. Mais il mérite bien une petite place dans mon panthéon personnel de toute façon : c'est là.