A l'heure ou les chefs d'état, les survivants et le monde entier commémore la libération des camps nazis, je retiens ceci des témoignages des survivants : "personne -sauf ceux qui y étaient- ne peuvent se représenter ce qu'étaient les camps, personne ne peut comprendre."

Je les crois volontiers.

A ma toute petite échelle, j'ai essayé de me représenter les 5 à 6 millions de victimes de cet au delà de la barbarie.
Je voulais faire une note qui ne comporterait que des 1... un 1 pour chaque victime du génocide. Et rien d'autre.
En écrivant en tout petit (arial, taille 5), je me retrouve avec 332 pages couvertes de 11111111....

Quelle idiotie...
Au moment ou j'écris ça, je me rends compte que ça ne signifie rien de se représenter 332 pages couvertes de 1.

Voilà juste une page, pour que vous aussi, vous ne puissiez pas vous représenter... C'est peut être pour cela qu'on n'oublie pas. On ne peut pas oublier ce qui est au delà de ce que nous pouvons imaginer, et encore moins comprendre.
... Vous voyez, les survivants ont raison.