Aaaah la croissance.
On ne (re-re-re)parle plus que de ça.

J’ai téléchargé le rapport dont on parle (rapport intermédiaire, il faut le préciser) de la commission Attali, je l’ai survolé et peut être que j’en parlerai en détail une autre fois (peut être seulement).
Tout le monde en veut de la croissance ! Pour ceux que cela pourrait intéresser, vous pourrez même lire un vieux post à ce sujet par ici.

Car la croissance, ça veut dire à la fois tout et rien.

En tout cas pour le moment, ce que je remarque dans ce rapport c’est que la croissance ce serait avant tout de la consommation. Ouais, bon, bof… c’est quand même vite dit tout ça.
Je résume : la croissance ce serait une voiture de plus dans votre garage, un appartement plus grand, un écran plat dans chaque chambre, quelques paires de jeans ou de chaussures dans nos placards, un peu plus de saumon et de foie gras pour Noël. Pfff…

Si quelqu’un pouvait me dire en quoi la croissance sera améliorée avec une voiture Japonaise dans votre garage, un appartement construit par un fond financier des Emirats, un écran plat Coréen dans chaque chambre, quelques paires de jeans ou de chaussures made in China dans nos placards, et du saumon d’élevage Suédois ou de foie gras Canadien pour Noël, je serais curieux de le savoir.
Avant d’être de la consommation, la croissance c’est aussi (et surtout) de la production. Et ce rapport –intermédiaire- et ben il en parle pas de la production. Il ne dit rien de ce qu’on appelle une politique de développement, par exemple d’une politique industrielle en France, il ne dit rien des secteurs sur lesquels il serait bon d’investir (ni pourquoi) pour produire en France, créer des PME dynamiques, qui créeront des emplois, qui créeront de la richesse et au bout du compte de la consommation. Il parle encore moins de toute l’activité financière qui aujourd’hui brasse des quantités de capitaux et de profits bien supérieurs à l’activité industrielle dont pourtant elle se nourrit (sur son dos de plus en plus).

La commission Attali propose de « libéraliser » comme si avec ça on avait tout dit.
Libéraliser, pourquoi pas ! Mais surtout pourquoi faire ? Pour construire plus d’hypermarchés (c’est une des propositions) ? Et qui ira acheter quoi dans ces hypers? Le personnel des hypers, payé avec des lances pierres sur des contrats à temps partiel ? Car pas question de parler des salaires dans ce rapport. Et pour cause ! Sans création d’activité économique ou trouve t’on de nouvelles sources de revenus ?

Et puis la croissance pour quoi faire ? La croissance, la richesse, est ce vivre mieux, est ce le bonheur ?
On peut produire plus, mais si la production se solde par la moitié ou les trois quarts des ressources naturelles exploitées qui se transforme en déchets ou en pollution, qu’est ce qu’elle vaut cette croissance ? Si pendant des années, en toute connaissance de cause, on a produit de l’amiante cela a bien créé de la richesse et participé à la croissance ! Mais pour tous ceux qui ont vécu, vivent ou vivront une vie diminuée et abrégée à cause de l’amiante, c’est quoi la croissance ? Et si en Angleterre –qu’on cite si souvent comme exemple- la croissance a progressé de 20% entre les années 90 et 2000 et qu’en même temps 1 million d’Anglais supplémentaires vivent en dessous du seuil de pauvreté, c’est quoi la croissance ?

Attali s’en moque, il parle de croissance, de transparence, de concurrence, de libéralisation. Blablabla.

Ben tiens !

Prenons un exemple chiant : l’armement.
Pouacre, l’armement, la guerre, les missiles, les mines anti-personnel. Voilà une activité bien dégueu. En plus une activité qui coûte très cher, puisque pour assurer son indépendance militaire, la France consacre 10% de son budget aux armées. Quelle gabegie des fonds publics ! Comme si on avait encore les moyens ! Vite, il faut faire quelque chose.
En plus, pas de concurrence ! On n’achète pas de chars allemands, d’avions de chasse américains, de canons anglais, de missiles russes, de radars japonais. Tout ça c’est du made in France, ça coûte très cher, c’est subventionné à mort (sic), c’est concentré sur quelques entreprises qui se partagent le marché. Rien de libéral là dedans. Honte sur toi Dassault et Lagardère ! Vous n’êtes que deux fonctionnaires qui vivent des commandes d’état.
Mais voilà, l’armement se vend très bien. Parce qu’elle a choisi de créer et protéger son marché militaire, la France est le 3ème exportateur d’armes dans le monde (7 125 milliards d’Euros en 2004 par exemple). On exporte, on fait travailler plein de gens, on ramène pleins de devises grâce à cette absence de concurrence, on fait de la recherche (sic), ce manque criant de libéralisme, cette transparence inexistante sur les tractations (souvent douteuses, n’est ce pas la Pasqua family) entre marchands d’armes. On crée de la croissance nom de Dieu ! De la croissance qui ampute, mutile et tue, mais de la croissance quand même.
Alléluia, Attali devrait en faire pipi dans son pantalon.

Mais Attali, il parle pas de ça. Lui il se concentre sur la flexibilité, la disponibilité et la consommation. Il peut bien dire tout ce qu’il veut, avancer les propositions les plus intéressantes et les plus débiles (ce dont il n’a pas l’air de se priver), tant qu’on vous parlera de la croissance comme d’une sorte d’incantation magique sensée tout arranger, sans vous dire pourquoi faire, avec qui et au bénéfice de qui, il y aura pleins de raisons de continuer à se foutre de la gueule d’Attali.

charliehebdon795120907dde8