Coup sur coup, je lis ce matin la disparition du blog de Garfielld et ailleurs la fermeture de celui de Zhao Jing. Le premier à eu le tort de ne pas cacher ses préferences homosexuelles et son métier d'enseignant, le second à eu le tort de relater un mouvement de protestation dans une presse Chinoise pourtant très contrôlée.

Et là je me dis que malgré la prolifération des blogs, ceux ci suscitent encore bien des craintes, fondées ou fantasmées.
Fondées dans le second cas, puisque les autorités Chinoises ne sauraient tolérer un peu de liberté d'expression et de pensée, et qu'ils font tout pour écraser dans l'oeuf toute tentative réclamant un peu de souplesse dans une société dont le mot d'ordre obsessionnel est devenu "faites de l'argent". Alors pensez bien ! Un blog !!! Aujourd'hui leur technologie de surveillance du web est tellement au point qu'ils la vendent à d'autres pays tentés par un contrôle étroit des internautes.
Totalement fantasmées dans le second cas, puisque c'est sa qualité d'enseignant qui a valu à Garfielld de devoir passer sous les fourches caudines d'une censure par le "politiquement correct". On peut avoir des profs universitaires négationnistes (comme Gollnisch ou Faurisson) mais pas d'enseignants homo à l'éducation nationale. C'est ainsi.

Comme toujours soit on comprend trop bien qu'un moyen d'expression est une avancée vers une liberté, et à ce moment là on fait tout ce qu'il faut pour la museler. Soit on ne comprend rien à rien, mais on a tellement peur de perdre son pouvoir, et ses prérogatives qu'on aplatit une épingle à coups de marteau piqueur.
Que la Chine se méfie de ceux qui parlent en solo, en dehors des sujets imposés et du discours officiel, je pense que cela n'étonnera personne (hélas).
Qu'un recteur prenne les devants pour obliger à la fermeture d'un blog de peur de passer pour un laxiste, ou un inconscient devrait plus étonner, et pourtant...
Nul doute que ce brave homme discute avec les syndicats, les associations de parents d'élèves, les mairies, le personnel enseignant... Mais voilà qu'arrive un blog ! Un truc non officiel, non répertorié et non répertoriable dans l'agenda de ses réunions, de ses comités, de ses tables rondes ou je ne sais quoi d'autres. Alors on ferme.

Le blog pour ces gens là c'est la grippe aviaire version numérique.
La grippe avaire a fait 70 victimes en 3 ans, et pendant ce temps là la malnutrition, le sida, le paludisme... en ont fait combien ?
Mais ça ne fait rien, dans le doute on abat les blogs qu'on soupçonne de pouvoir être infecté un jour.
Mais infecté de quoi ? Et par rapport au nombre de journalistes ou de simples individus réduits au silence, enfermés sans procès, ou jugés sans équité, ou même assassinés... nos censeurs ne cherchent ils pas des coupables du côté des victimes quand on pourrait plus les entendre s'élever contre toutes sortes de vrais assassins ?

Alors voilà un bloggeur "infecté" d'avoir le droit de parler de temps à autre de ses préferences sexuelles (et en termes tout à fait mesurés en plus), et un autre d'avoir le droit de rendre compte de mouvements de mauvaises humeur de ses concitoyens ?
Un nettoyage au karcher s'impose comme dirait l'autre.

En tout cas, derrière ces cas isolés, on voit bien comment certains envisagent leur monde rêvé. Comme toujours, celui ou aucune tête ne dépasse, et ou les moutons seront bien gardés (par eux).

Comme toujours, l'avenir se chargera -mais à quel prix- de leur montrer qu'ils avaient tort.

oursins